Blanche Maupas, l’amour fusillé.

Quand :
mars 31, 2019 @ 3:00 – 4:00
2019-03-31T15:00:00+02:00
2019-03-31T16:00:00+02:00
Où :
Foyer Municipal
Echillais
Coût :
8€, réduit : 5€ (le tarif réduit sera offert aux spectateurs du 1er spectacle)
Contact :

Les Accroplanches accueillent Les Baladins du Breuil-Magné

« Blanche Maupas, l’amour fusillé » de J.P Alègre. C’est l’histoire vraie d’une institutrice qui se bat, avec l’aide de « La Ligue des Droits de l’Homme », pour la réhabilitation de son mari, Théo Maupas, fusillé pour l’exemple en 1915.


Le mot du metteur en scène :
« Nous sommes venus vous dire un songe : la Guerre n’a pas un visage de femme. Une émotion, ou plutôt des émotions… violentes… douloureuses autant que lumineuses, de ces émotions qui vous font plus grand et partager ce sentiment brûlant que devant vous se dessine peu à peu une vérité qui vous déborde, comme une évidence.

Ces voix méritent qu’on leur donne corps ! Ces voix sont muscles et peau, organes et fluides, souffle et os. Ces chants lointains sont nôtres… »

Philippe Percot-Tétu

Tout public à partir de 10 ans
Texte de présentation de la pièce 
Voici la magnifique histoire de Blanche MAUPAS et de Théo son mari.
Pendant 20 ans, Blanche va se battre avec acharnement, au péril de sa santé, contre la guerre, contre la barbarie, contre l’injustice érigée en principe et pour l’amour de Théo. Va-t-elle obtenir sa réhabilitation, lui qui fut fusillé « pour l’exemple » en 1915 ?
Un spectacle sobre et digne pour témoigner de ce que fut la condition humaine en ces temps de folie universelle, pour rendre hommage à une femme qui refusa de plier l’échine et surtout une magnifique histoire d’amour !

A noter que Jean-Paul Alègre, l’auteur présent à la sortie lors des Rendez-Vous Côté Cour de Breuil-Magné, a dit devant tout le public que c’était certainement l’une des meilleures versions de son texte depuis sa création !
Avec : Monique Brochard, Martine Cassou de Saint Mathurin, Agathe Guibert, Jennifer Lispont, Annie Pacaud, Michel Bottini, Jacques Brochard, Jean Effer, Benoit Guibert, Francis Merrheim.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *